RTS, Mission éducative

big

Depuis 40 ans la radio et la télévision publique nouent des liens étroits avec l’instruction publique, avec les écoles de suisse romande.

Longtemps incarnée par le label «Magellan», cette collaboration a pris une nouvelle dimension au tournant des années 2000 avec le développement des offres numériques et la création de la plateforme rtsdecouverte.ch.

Aujourd’hui, ce grand site éducatif piloté de main de maître par la journaliste Tania Chytil propose une somme impressionnante d’informations et de sujets utiles aux élèves et à leurs professeurs.

Ici, des émissions taguées et classées en fonction des âges du programme éducatif romand. Là, des centaines de questions et de réponses proposées par des universitaires vulgarisateurs. Ou encore des fiches pédagogiques, des dossiers thématiques, des vidéos, des animations, des archives…

Bref, un matériel pédagogique réinventé, souple, facile d’accès, parfaitement en phase avec les pratiques des enfants à qui il est destiné.

Cette proposition éducative est complétée par des opérations spéciales, qui viennent rythmer ce travail de fond.

Il y a par exemple la semaine des médias à l’école, qui démarre en ce moment. Il y a le prix «littérature ados» qui permet aux jeunes de défendre leurs livres préférés. Il y aussi datak.ch, ce jeu éducatif, tout à fait original, pour sensibiliser les jeunes au Big Data.

Médiation culturelle

Il y a enfin une nouvelle démarche de médiation culturelle, qui permettra au public romand de venir dans les studios de la RTS, à Genève et Lausanne, pour y vivre une véritable expérience audiovisuelle, en fabriquant un flash d’info ou une petite émission.

A l’évidence, et encore plus dans une société numérique globalisée, les médias sont omniprésents. Il est donc absolument utile d’apprendre à les utiliser pour ce qu’ils peuvent apporter de mieux et à laisser de côté les dérives qu’ils peuvent aussi générer. Et l’école joue un rôle central dans cet apprentissage citoyen et médiatique. Raison pour laquelle la RTS s’engage résolument aux côtés de la CIIP (conférence de l’intercantonale de l’instruction publique), pour que dans 20 ans, le public rejette avec force la généralisation des «faits alternatifs».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Compléter le calcul ci-dessous afin de filtrer les commentaires indésirables (spam). *