Gilles Marchand

Mobilité(s)…

Les échanges inter-régionaux, interculturels, la mobilité, voilà bien des valeurs au cœur de l’ADN de la SSR. Mais lorsque l’on parle de mobilité, il ne s’agit pas simplement déplacement physique ! A la SSR, la mobilité est celle des idées, des personnes, des processus, des métiers… et des conditions cadres.

La mobilité des idées concerne bien sûr nos programmes, nos contenus, à la radio, à la télévision et sur les offres en ligne. Les programmes sont mobiles car ils s’adaptent à la société et aux besoins du public.

La mobilité des personnes est possible au sein de la SSR car notre structure est très décentralisée, avec pas moins de 7 studios principaux et de nombreux bureaux régionaux, en Suisse comme à l’étranger. Cette mobilité est encouragée. D’autant plus que près de 20 langues sont parlées par les collaborateur.trices de la SSR, qui rassemblent 32 nationalités.

La mobilité des processus s’intéresse à la manière dont nous travaillons ensemble. Et là, le mouvement doit être permanent. Nos entreprises s’adaptent en permanence au contexte dans lequel elles évoluent. Le travail à distance, consécutif à la pandémie, est un bon exemple de cette adaptation permanente.

La mobilité des métiers est celle de nos compétences professionnelles. Nous avons plus de 50 métiers à la SSR, dans tous les domaines. Et ils évoluent constamment, notamment avec les grandes mutations technologiques.

Enfin, la mobilité des conditions cadre est celle du paysage médiatique, en plein bouleversement. Inutile d’y revenir ici, la révolution copernicienne qu’apporte la numérisation de la société est profonde et irréversible.

Les échanges inter-régionaux se vivent dans nos programmes

Les échanges inter-régionaux, eux, s’observent avant tout dans nos programmes. La palette est très large. Il y a d’abord les news, avec les téléjournaux qui échangent très régulièrement leurs reportages et partagent des interviews. Les magazines sont aussi très amateurs d’échanges, dans le domaine de l’information, de la science, de la santé ou des tests consommateurs.

Du côté sportif, les droits de retransmission des compétitions sont toujours achetés pour toutes les unités de la SSR. Et nombreuses sont les productions sportives qui rassemblent les équipes SRF, RTS, RSI et parfois RTR.

La culture n’est pas en reste. La SSR enregistre près de 800 concerts par année, tout genre musical confondu. Ils sont évidemment à la disposition de toutes les chaînes radio. Et dans le vaste monde du film, documentaire comme de fiction, pour le cinéma comme dans les séries, les courts métrages, les films d’animation, les échanges sont fréquents. Ils passent par des adaptations dans les langues nationales, afin de pouvoir diffuser les œuvres dans les 4 régions linguistiques. Il existe un outil essentiel pour articuler ces échanges: Le pacte de l’audiovisuel, qui existe depuis 1996 et qui réunit la SSR et les producteurs indépendants, dans tout le pays. CHF 35M sont investis chaque année par la SSR dans ce pacte qui soutient plus de 150 productions par année, dans toute la Suisse.

Enfin, les échanges de programme s’intéressent aussi au divertissement. Du 1er août aux formats d’évasions et de découvertes, les occasions sont nombreuses pour montrer la grande diversité helvétique.

Play Suisse, l’idée suisse 4.0

Play Suisse (playsuisse.ch) est un exemple abouti de cette approche inter-régionale. Près de 2000 titres sont aujourd’hui disponibles sur la plateforme de streaming de la SSR, tous sous-titrés en 3, parfois 4 langues nationales. Plus de 250’000 abonnés se sont inscrits sur Play Suisse, en quelques mois. Et chaque accès sur la plateforme dure en moyenne 23 minutes. Play Suisse est un voyage au cœur de la diversité suisse, un pont géant entre les cultures et les langues de l’archipel suisse.

Mobilité et échanges (au pluriel), respect de la diversité, sont vraiment les piliers de la démocratie directe suisse. C’est pourquoi de nombreuses initiatives et instituons s’engagent dans ce vaste défi.

A commencer par la SSR (srgssr.ch), bien sûr, dont le mandat est articulé autour de cette exigence. Mais aussi Movetia (movetia.ch), l’agence nationale pour la promotion des échanges et de la mobilité au sein du système éducatif. Ou encore Helvetia Latina (helvetia-latina.ch), qui agit pour la pluralité culturelle et linguistique dans l’administration fédérale. Et sans oublier toute sorte de projets innovants comme «swilingua» (que l’on retrouve sur YouTube), développé par de jeunes étudiants romands et alémaniques.

Car dans ce domaine aussi, c’est ensemble que cette « mobilité 360 », mijotée à la sauce suisse, prend toute saveur.

Gilles Marchand
Directeur général SRG SSR

Texte rédigé en marge de la conférence Movetia, le 18 mai 2021.

Présentation: Movetia, 18.05.2021_présentation_Gilles_Marchand_fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.